Equipe projet

Equipe projet

CelineCéline SIN 

Je suis originaire de Strasbourg, maman d’une petite fille de 7 ans, et c’est avec plaisir que je souhaite initier aujourd’hui un projet solidaire dans ma ville.

Après avoir réussi mes études en Master de recherches littéraires et obtenu mon Capes de français, je consacre l’année 2013/14 à mon service civique avant d’entrer dans mes fonctions d’enseignante.

J’ai découvert le concept de l’Accorderie lors d’un voyage d’études au Québec en 2008/2009 en devenant moi-même accordeur-e. Être soutenue dans de menues tâches de mon quotidien (garde d’enfant) ou partager mes connaissances (portage d’écharpe pour les bébés) en échangeant du temps : voilà une idée qui était géniale ! J’ai adoré apprendre des autres, j’ai adoré apprendre aux autres. C’était simple et simplement de beaux moments. C’est à mon retour en France que j’ai voulu m’en inspirer…

Curieuse des autres et engagée pour les autres : j’ai envie de faire découvrir le système de l’Accorderie qui peut être une réponse dans une société que nous ne comprenons pas toujours et qui n’offre plus assez d’opportunités pour nous autres, habitants citoyens, de nous rencontrer.

Julie MULOT julie

J’ai la chance d’être revenue vivre à Strasbourg depuis 2 ans, avec ma famille (et mes deux enfants de 5 et 7 ans) après 10 ans en région parisienne. Je travaille dans le domaine des études et sondages, actuellement dans le quartier du Neuhof. 

Ayant grandi à la campagne, en Franche-Comté, j’ai toujours eu pour habitude de tisser des liens d’entraide et de sympathie avec mes voisins. L’Accorderie à Strasbourg est une telle évidence aujourd’hui… J’adore cuisiner, recevoir mes amis et ma famille. L’Accorderie représente une belle opportunité de rencontrer du monde et de m’initier à des activités que je n’aurais jamais envisagées (atelier paëlla ou initiation à la guitare par exemple). C’est un beau projet collectif dont je ne me lasse pas de parler et que je souhaite voir aujourd’hui ancré dans la réalité quotidienne des habitants.

mathildeMathilde LEFEVRE

Originaire de Picardie, je suis actuellement habitante du quartier Gare/laiterie et réside à Strasbourg depuis 5 ans. Je suis étudiante à l’école d’architecture de Strasbourg et je profite d’une année sabbatique (depuis septembre 2013) pour me consacrer à des projets associatifs et aux dynamiques locales. À partir d’avril 2014, je suis en stage dans une agence d’architecture à Strasbourg qui a notamment développé un habitat en autopromotion. Je crois beaucoup en l’importance de questionner notre mode de vie c’est pourquoi je m’investis dans le projet.

Myriam PFRIMMER myriam

Originaire de Strasbourg, je suis actuellement stagiaire DEJEPS en alternance au Centre Social et Culturel du Neuhof.

De culture associative, j’ai évolué dans des contextes de vie et de travail en équipe, en France comme à l’étranger. J’ai grandi dans le scoutisme, mouvement d’éducation populaire, et mes expériences professionnelles m’ont permis d’approcher les champs éducatif, culturel, social et humanitaire. La dimension humaine et le transfert de compétences sont les éléments moteurs de mon parcours. Je connais la dynamique de développement individuel dans une cohésion de groupe et sais à quel point cela est formateur, porteur et constructeur.

Participer à la création d’une Accorderie est pour moi l’opportunité de continuer à évoluer de manière engagée. Motivée par la possibilité de contribuer au développement de ma ville, par l’impulsion d’une dynamique solidaire, qui ouvre le champ du partage, de la mixité et valorise l’individu, je crois aux valeurs portées par les Accorderies et suis persuadée qu’il est pertinent de développer un tel projet sur Strasbourg.

VincentVincent THOMAS

Avec un parcours pluridisciplinaire où s’entrecroisent communication, ethnologie et épistémologie, je me suis lancé dans l’aventure informatique avec la création de plusieurs entreprises. Toujours fortement inspiré par des valeurs humanistes et de partage, je compte parmi mes projets la fondation d’une des premières sociétés françaises entièrement dédiée au monde du logiciel libre. Après un passage dans le journalisme où j’ai mêlé à la fois informatique et culture (musique et vidéo), et toujours très impliqué dans la vie associative, j’ai créé une association œuvrant pour la promotion du développement durable, travaillant notamment avec le théâtre-forum et les nouvelles technologies.

La participation à la rédaction d’un ouvrage sur la sensibilisation à la biodiversité a encore accru mes désirs de partage des connaissances et des savoir faire. Dans cette optique l’Accorderie est un projet qui me tient tout particulièrement à cœur tant dans la volonté d’échanges qu’il sous-tend que dans la proximité des acteurs impliqués.

Sophie KABECHE Sophie

Je suis mère de deux filles de 11 et 14 ans. A ce jour, j’ai toujours baigné dans le milieu associatif, que ce soit en tant que bénévole et militante (défense des droits de l’homme, solidarité Nord-Sud…) ou en tant que professionnelle salariée. Je travaille depuis 15 ans en tant que responsable du secteur Vie de quartier au Fossé des 13 Centre socioculturel au centre-ville de Strasbourg. Ce choix me permet d’agir dans le sens de mes convictions et de vivre en accord avec mes valeurs : primauté des relations humaines sur l’économie et la société de consommation, ouverture aux autres, solidarité, respect des droits humains et des libertés, développement durable.

Le projet d’Accorderie répond à la fois à mon éthique personnelle et au sens de mon engagement professionnel : la participation des habitants à la vie locale, la valorisation de leurs savoir-faire, l’éducation populaire, la mixité sociale, les échanges interculturels et le partenariat inter-associatif.

GerardGérard BOZEC

Je travaille actuellement sur un axe fort qui s’articule autour de l’accompagnement de projets à l’initiative des habitants. Pour ne citer que quelques exemples, nous avons soutenu la mise en place du jardin partagé « Le lombric hardi », nous accueillons une troupe de théâtre d’improvisation, nous recevons les soirées jeux de société, etc. Attaché au quartier de Neudorf par son dynamisme, sa richesse et sa diversité, un des enjeux de ma mission est de favoriser les liens entre les familles, la solidarité entre les habitants et la création de lien social au sein d’un quartier. L’idée de l’Accorderie est un projet que je trouve intéressant à accompagner et à soutenir. Plus que d’être un système dans « l’air du temps », c’est aussi un outil qui permet à des populations, des cultures de se rencontrer, là où elles n’auraient jamais pu le faire autrement.

Marie HECKMANN marie

Je suis maman de deux filles de 6 et 9 ans et issue du milieu de l’animation. J’ai travaillé pendant 15 ans dans différents centres sociaux. Depuis deux ans, je me suis réorientée dans l’accompagnement social des personnes en insertion. Je suis également militante au sein de l’association des habitants du quartier gare à Strasbourg. J’aime organiser et partager des moments de convivialité entre voisins (repas de quartier, cinéma de plein air, concerts…) et contribuer à l’amélioration de la qualité de vie de mon quartier (mise en place d’un compost urbain, création d’un jardin partagé…) Je souhaite par ces actions, rompre avec l’anonymat des grandes villes.

Pour moi l’Accorderie répond à ce but : elle répond au besoin de solidarité entre habitants, ainsi que celui de créer des liens entre personnes différentes. Je crois beaucoup à ce mode d’échange qui peut permettre aux personnes fragilisées de se sentir moins seules, de retrouver confiance en elles, en même temps qu’il permet de valoriser des compétences et des talents sous-estimés.

OrianOrian GRADOWICZ

J’habite à Strasbourg depuis 3 ans dans le quartier Esplanade. Je suis originaire de Haifa en Israël et suis venu en France pour voyager. Après avoir eu différents emplois (cuisinier, photographe, mécanicien de voiture à l’armée), je travaille actuellement à Vélo Station (Neudorf) où je conseille et reçois les adhérents dans la réparation de vélo, après avoir été longtemps bénévole à Bretz’selle.

Parce que je me sentais seul lors de mon arrivée à Paris et à Lyon, j’ai rapidement découvert les milieux associatifs où il  règne convivialité et partage. J’ai toujours apprécié les nouvelles rencontres et le contact humain.

L’Accorderie répond à ce besoin où les gens peuvent s’entraider sans qu’il y ait d’argent au milieu des échanges. Payer en temps est un moyen ancien qui permet de recréer du lien social entre les gens. Avec tout ce que j’ai fait dans ma vie, je considère avoir beaucoup de savoir-faire à partager avec les autres.